[AU BORD DU LAC] - 2015

Au centre de la Villeneuve de Grenoble, à la Résidence du Lac, cachée sous des branches de lierre, se trouve la fresque du bal des utopies, coeur dansant des années soixante. A l’automne les feuilles tombent, et les couleurs de la peinture réapparaissent à la surface du béton. Comme une sorte de cycle du temps qui se dévoile, les générations comme des saisons.
Un jour les ventilateurs se sont arrêtés. Seul l’ascenseur répète sans cesse ses aller retour du quotidien, passage obligé entre vies intimes et lieu de vie collectif.
J’y suis venue écouter, photographier, et puis je suis revenue. Photographier, dialoguer autour de leurs propres photographies, en apporter d’autres encore. Puis j’y suis restée dix jours et dix nuits sans sortir, tournée vers cet univers intérieur.
J’ai contemplé ces heures douces amères que l’on ne compte plus, cette immobilité transparente d’un huit-clos où chacun a posé ses valises, l’attente de ce jour qui inéluctablement adviendra. La Résidence du Lac ressemble finalement à une photographie, passé et présent combinés dans un arrêt sur image, du temps qui déborde de tous les cotés, des histoires individuelles bousculées écrites dans une histoire devenue ainsi commune. Nadine Barbançon

Lire les conversations